mercredi 10 août 2016

La femme du gardien de zoo, Diane ACKERMAN

Résumé


Avant que la guerre éclate, Jan et Antonina Zabinski dirigeaient le zoo de Varsovie. Leurs animaux
n’'ont pas survécu à la barbarie – les uns tués sous les bombardements, les autres expédiés  à Berlin pour l'’agrément des dignitaires du Reich, quand ils ne servaient pas de gibier aux fusils allemands.


 L'’idée vient alors aux époux d’'élever du bétail. Pour nourrir les troupes, mais aussi les habitants du ghetto. Quant au réseau de souterrains reliant les cages, ils décident d’'y cacher des juifs et de les aider à fuir la Pologne. Grâce au courage des deux époux, trois cents d’'entre eux seront sauvés.

 Porté par l'’écriture de Diane Ackerman, ce récit littéraire met en lumière un épisode méconnu de la Shoah. Où l'’on voit un couple exemplaire, d'’abord voué à la cause animale, s'’engager dans une lutte secrète et acharnée contre l'’oppression nazie, qui leur vaudra d’'être faits Justes parmi les nations.

Cette histoire vraie, où l'abnégation et la générosité côtoient la cruauté et l'horreur, offre aussi un beau portrait de femme.



Avis


C'est donc l'histoire vraie de Jan et Antonina Zabinski, qui sont à la tête du zoo de Varsovie et qui vont se révéler sous la Seconde Guerre mondiale. Ils vont jouer un rôle primordial pour sauver de nombreuses personnes, de nombreux juifs dans cette Varsovie sous occupation nazie. Puisque le zoo est démantelé par l'occupant, ils vont avoir l'idée d'élever du bétail pour pouvoir garder les bâtiments et y cacher des juifs et pour pouvoir nourrir de nombreuses personnes enfermées dans le ghetto.

Ils vont faire preuve d'un courage extraordinaire et j'ai vraiment tremblé face à leurs actions. J'ai craint à chaque page que je tournais qu'ils soient découverts dans la suivante. J'ai tremblé qu'ils soient dénoncés aux nazis et de ce qui leur arriveraient alors... Ca m'a vraiment saisie et je me demande vraiment comment ils arrivaient, tout comme toutes les personnes qui ont aidé face aux nazis, à vivre avec cette angoisse, cette terreur omniprésente. J'ai été "ravie" de découvrir un nouveau pan de cette guerre, de voir comment certaines personnes ont réussi à sauver autant de monde.

Le seul bémol pour moi est le style et le côté biographique un peu trop précis sur des détails qui m'a parfois un peu lassée et fait poser mon livre. Et forcément qui dit biographie, dit impersonnel, du coup, j'aurais aimé que ce soit un peu plus romancé pour parvenir à plus m'attacher à cette femme extraordinaire.

Une bonne lecture, qui ne m'aura pas emportée du fait de son style impersonnel mais que j'ai trouvé vraiment très intéressant et instructif.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire